LA LUMIERE ETAIT SI PARFAITE

CARENE PONTE

Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ?

Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes.

Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu’elle découvre alors…. une révélation qui bouleversera sa vie.

Partie sur les traces d’un passé maternel dont elle ignore tout. Megg ne se doute pas que c’est son avenir qu’elle est en train de reprendre en main.

Quel bonheur de retrouver Carène Ponte qui a le don de nous embarquer dans de belles histoires qui nous font rire et pleurer, empreintes de merveilleuses leçons de vie. Ce neuvième livre n’échappe pas à la règle et une nouvelle fois je me suis régalée avec Megg son héroïne.

Megg était photographe avant de rencontrer Stéphane, de l’épouser et de fonder une famille avec lui, ensemble ils ont eu deux enfants, l’ainée Lalie et Malone le petit dernier. Depuis, elle gère la maison, les enfants et les repas d’affaires de Stéphane qui se déroulent souvent à leur domicile.

Stéphane est un homme très occupé qui n’a pas vraiment de temps à accorder à sa famille ni à sa femme. Lalie est en pleine crise d’adolescence et ne supporte plus sa mère qu’elle envoie allègrement balader à chaque discussion. Megg est dans une impasse et ne sait comment faire avec cette ado qu’elle coiffait encore chaque soir il y a peu. Son mari n’est pas à l’écoute et elle plie sous les différentes tâches à mener chaque jour, le burn out n’est plus très loin. Megg aurait pu se confier à sa mère, celle avec qui elle a toujours tout partagé, avec qui elle était fusionnelle, mais elle est décédée d’un infarctus il y a 6 mois et Megg a beaucoup de mal à remonter la pente, l’absence de sa mère lui pèse cruellement. Heureusement, elle peut compter sur la bonne humeur de sa voisine Romy, une femme un peu excentrique, un poil envahissante parfois mais qui s’avère être une véritable amie sur qui elle peut compter.

Megg doit débarrasser l’appartement de sa mère afin de le mettre en vente et en rangeant des cartons dans le grenier, elle découvre une pellicule photo qui n’a pas été développée. Persuadée qu’il s’agit de clichés de sa mère et peut-être même avec son papa décédé il y a dix ans, Megg emmène la pellicule chez le photographe et quand elle découvre les photos c’est le choc, elle se rend compte que sa mère détient un secret dont elle ne lui a jamais parlé. Dès lors, elle n’a plus qu’une idée en tête, découvrir la vérité.

Les photos ont été prises en Bulgarie dans un hôtel dont sa mère lui a beaucoup parlé, si elle veut découvrir la vérité, c’est la bas et pas ailleurs, ça tombe bien, Romy lui propose une virée en voiture et autant joindre l’utile à l’agréable, le circuit passera par l’Italie, la Croatie et la Serbie et durera une quinzaine de jours, Lalie sera du voyage, ça permettra peut-être à la mère et à la fille de mieux se comprendre et de se rapprocher. Malone restera avec son père qui sera chargé d’alléger son quotidien afin de s’occuper de son fils.

Carène Ponte nous embarque à bord de la petite voiture de Romy direction l’Italie pour commencer et autant dire que le voyage est délicieux, du rire, des paysages magnifiques, un road trip entre filles, une évasion totale qui va s’avérer bénéfique pour tout le monde mais surtout pour Megg qui est bien décidée à ne plus subir sa vie mais à prendre les choses en main.

J’ai adoré cette histoire, c’est pétillant et lumineux, ça fait du bien et on ne voit pas filer les pages qui nous rapprochent rapidement de la fin et de la découverte du secret. On rit beaucoup, on assiste à des révélations concernant Lalie, il y a beaucoup de solidarité entre les trois femmes, beaucoup d’amour aussi. Megg ne le sait pas mais ce voyage va définitivement changer sa vie.

Carène Ponte, comme dans tous ses romans, nous délivre de beaux messages de vie, et nous parle d’infidélité, de sacrifice, de l’amour des mamans, de la charge de travail qui pèse sur la femme au foyer, des adolescents mal dans leur peau, des maris absents qui ne pensent qu’à leur carrière, des secrets de famille, des non-dits et tout ce joyeux mélange nous donne un magnifique roman tout doux qu’on dévore comme une sucrerie. On en ressort apaisé !

Note : 4.5 sur 5.
  • FLEUVE Editions
  • ISBN : 9 782265 155299
  • Mars 2021 – 275 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s