L’ARMEE DES OMBRES

JOSEPH KESSEL

C’est à Londres, en 1943, que Joseph KESSEL a écrit « l’armée des ombres » qui n’est pas seulement l’un de ses chefs-d’oeuvre mais le roman symbole de la résistance que l’auteur présente ainsi : « La France n’a plus de pain, de vin, de feu. Mais surtout elle n’a plus de Lois. La désobéissance civique, la rébellion individuelle ou organisée sont devenues devoirs envers la patrie.

Jamais la France n’a fait guerre plus haute et plus belle que celles des caves où s’impriment ses journaux libres, des terrains nocturnes et des criques secrètes où elle reçoit ses amis libres et d’où partent ses enfants libres, des cellules de tortures où malgré les tenailles, les épingles rougies au feu et les os broyés, des Français meurent en hommes libres.

Ils sont ouvriers, notaires, médecins, instituteurs, cafetiers, mères de famille, des gens comme vous et moi qui, un matin, entrent en résistance, -avec tous les risques que cela comporte-, parce qu’ils n’acceptent plus l’oppression, parce qu’ils rêvent de liberté, parce qu’il est de leur devoir de sauver la patrie de l’envahisseur. Ils sont cette armée des ombres que décrit si bien Joseph Kessel, une armée définie par des petits groupements qui s’organise, une armée que l’on ne voit pas mais qui agit, une armée soudée même si elle est dispersée au quatre coins du pays et au delà de la Manche.

Gerbier est le narrateur du roman, c’est le chef d’un des groupes de résistants, il parle si peu de lui, préfère mettre en lumière ses camarades de combat, à commencer par Legrain qui est emprisonné avec lui et qui n’a rien d’héroïque, il n’appartient pas à la résistance, se décrit communiste et pourtant il sera la pièce maîtresse pour faire évader Gerbier de prison.

Il y a Félix, papa d’un petit garçon qui ne sait pas que son père est un héros, il donne tout son temps à la résistance, en oublie sa famille, personne ne connaît son activité, même pas sa femme qui ne comprend pas pourquoi Félix n’est jamais là ! Il y a Claude Lemasque, le Bison, Jean-François, le grand-patron que l’on ne connaît que sous cette appellation, Il y a Mathilde, une mère de famille qui va accomplir un travail phénoménal, on ne peut qu’admirer sa force et sa détermination, rien ne la destinait à être active au sein de la résistance et pourtant, elle est l’une des chevilles ouvrières du bon fonctionnement de la cellule. Il y a tous les autres, ceux qui aident en abritant des fugitifs, en donnant du matériel, ils ne font pas officiellement partie du groupe mais ils répondent présent quand on a besoin d’eux. ils viennent tous d’horizons différents mais face à l’ennemi il n’y a plus de condition sociale, il y a une force commune avec un même objectif, peu importe le milieu dont on est issu.

Il faut savoir se fondre dans la masse, ne pas attirer l’attention, souvent changer de planque quand on se sait grillé, être sur ses gardes et veiller à ne pas se faire dénoncer. Il faut gérer les problèmes de transport, de diffusion de l’information, être présent pour les opérations de parachutages. Il faut des agents de liaison et des imprimeurs clandestins pour faire circuler les informations. Les conditions sont souvent extrêmes, dangereuses, chaque résistant sait qu’il risque sa vie, qu’il sera torturé s’il tombe entre les mains de la Gestapo.

Mais rien n’arrête ces héros courageux que Philippe Gerbier nous décrit si bien, ce sont ses camarades de combat, ses amis et quand l’un d’entre eux tombe, c’est tout le groupe qui perd un membre de sa famille, la famille de l’armée des ombres. C’est un très beau roman, on s’attache tout de suite aux personnages que l’on admire parce qu’ils sont courageux et qu’ils y vont, malgré la peur qui les tenaille parfois, malgré la vie qu’ils ont construite à côté, la famille, les amis. Ils abandonnent tout pour la résistance.

Heureusement qu’il y avait ces femmes et ces hommes prêts à prendre tous les risques, même celui de perdre la vie pour sauver la patrie, une tâche des plus difficiles où il fallait parfois improviser au dernier moment parce que rien ne se passait comme il se devait. Certains auront beaucoup de chance, d’autres tomberont au combat, fusillés ou torturés dans les prisons de France, dénoncés parfois par leur propres compatriotes.

Un superbe livre, une écriture fluide sans chichis, claire et concise, une magnifique plongée dans les réseaux de résistants, un hommage mérité aux héros de l’ombre. J’ai beaucoup aimé ce livre que je vous conseille. Un film a été adapté, je ne l’ai pas vu mais après la lecture du livre, j’ai très envie de le regarder.

Note : 4.5 sur 5.
  • EDITIONS : POCKET
  • ISBN : 9 782266 115001 – deuxième tirage mai 2008
  • 253 pages

LA MESSAGERE DE L’OMBRE

MANDY ROBOTHAM

En 1943, le monde est ravagé par la guerre. A Venise, la jeune Stella brûle de prendre part à la lutte contre les nazis et elle est recrutée par la Résistance Italienne et jetée dans la gueule du loup. Durant la journée, la jeune femme travaille comme traductrice pour les officiers Allemands et intercepte des informations stratégiques. La nuit, elle risque également sa vie en faisant passer des messages pour la résistance et en rédigeant un journal clandestin.

C’est à la kommandatur qu’elle tombe amoureuse d’un homme qui collabore avec les allemands.Mais dans l’enfer de la guerre, comment croire en un quelconque avenir ensemble ? Au fur et à mesure que l’étau se resserre autour de Stella, elle découvre la part d’ombre que dissimule l’homme qu’elle aime. Leur histoire déchirante va faire basculer le destin de Stella dans le plus terrible des combats.

Lire la suite

LE GARDIEN DE NOS FRERES

ARIANE BOIS

Entre 1939 et 1967, de Paris à Toulouse et de New-York à Tel-Aviv, l’extraordinaire destin de deux êtres fracassés par la guerre.

Rien ne prédestinait Simon et Léna à se rencontrer. Lui appartient à la bourgeoisie juive parisienne, patriote, laïque et assimilé ; il a été maquisard et blessé au combat. Elle est issue d’un milieu de petits commerçants polonais et a réussi à survivre au ghetto de Varsovie,

En 1945, la guerre leur a tout pris. Chacun de leur côté, ils vont accepter une mission très particulière : rechercher des enfants juifs cachés par leurs parents dans des familles, des orphelinats ou des couvents, quand il s’avère que ceux-ci ne rentreront pas des camps.

C’est l’histoire de deux jeunes révoltés qui, dans une France exsangue, vons se reconstruire grâce à la force de l’amour.

Lire la suite

LES YEUX DE SOPHIE

Jojo Moyes

1916 Sophie veille sur sa famille en zone occupée pendant que son mari se bat sur le front. Quand un officier Allemand pose les yeux sur le protrait qu’Edouard a fait de son épouse, une dangereuse obsession naît, qui amènera Sophie à prendre une terrible décision.

Un siècle plus tard, à Londres, Liv reçoit ce portrait comme cadeau de mariage avant de perdre l’homme qu’elle aime. Une rencontre pleine de promesses permet alors à Liv de prendre conscience de la véritable valeur du tableau. A mesure qu’elle découvre le passé trouble du portrait, la vie de Liv est bouleversée une nouvelle fois, et il lui semble que son destin est étrangement lié à celui de Sophie

Lire la suite

ELLE VOULAIT VOIR LA MER

GILBERT BORDES

51y-tab+V5L._SX195_Mai 1944, Jérémie, Rachel et Eloïse doivent quitter la ferme où ils se cachaient depuis plusieurs mois. La milice est à leurs trousses : ils sont juifs et leur père est un savant dont les connaissances pourraient être capitales pour les nazis.

Marguerite, une jeune boiteuse et Paul, orphelin de fraîche date, les rejoignent avec chacun sa motivation plus ou moins avouable.

Commence alors pour les cinq fuyards une aventure dont aucune ne sortira indemne. Ils décident de suivre le cours de la Loire, avec l’espoir de rejoindre l’océan et d’embarquer pour l’Amérique. Mais les méandres sont nombreux et périlleux. Entre trahisons, dénonciations, fausses amitiés et bombardements, ils ne renonceront jamais à leur quête de liberté. 

Lire la suite

ON SE RETROUVERA

MADELEINE GOLDSTEIN

On-se-retrouveraTrois mois de détention dans les geôles de Fresnes, trois jours de convoi de Drancy à Auschwitz dans le même wagon à bestiaux, trois secondes pour s’étreindre et se promettre « on se retrouvera »…

Jacques et Madeleine Goldstein n’ont pas vingt cinq ans le 1er mai 1944 lorsqu’ils sont séparés sur la rampe de Birkenau. Piégés par la Gestapo pour faits de résistance, ils sont coupables aux yeux de l’Allemagne nazie d’un délit inexpiable encore : celui d’être nés juifs. S’ils doivent un jour se retrouver, ce sera dans l’autre monde…

Lire la suite

LE LILAS NE REFLEURIT QU’APRES UN HIVER RIGOUREUX

MARTHA HALL KELLY

41AQzaSIj+L._SX195_Septembre 1939, les hordes nazies déferlent sur la Pologne. Commence alors pour trois femmes que tout oppose un terrible et rigoureux hiver…

Il y a Caroline, l’ancienne actrice américaine qui vit dans l’opulence, mais dont la guerre en Europe va bouleverser son quotidien, Kasia, cette jeune polonaise qui entre en résistance au péril de sa vie et de celle des siens et Herta, que son ambition dévorante jettera parmi les monstres, au point de s’y conformer.

Toutes trois l’ignorent encore, mais elles ont rendez-vous au plus noir de l’hiver : au camp de Ravensbrück 

Lire la suite

KINDERZIMMER

VALENTINE GOBY

41IJJzNNVYL._SX310_BO1,204,203,200_

En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus  de quarante mille détenues. Dans les baraquements, chaque femme doit trouver l’énergie de survivre au plus profond d’elle même, puiser quotidiennement la force d’imaginer demain. Quand elle arrive là, Mila a 20 ans, elle est enceinte mais elle ne sait pas si ça compte, si elle porte une vie ou sa propre condamnation à mort. 

Sur ce lieu de destruction, comme une anomalie, une impossibilité : la kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons un point de lumière dans les ténèbres. 

Lire la suite