AINSI GELENT LES BULLES DE SAVON

MARIE VAREILLE

« Certains choix nous définissent à tout jamais, celui-ci en fait partie. A partir d’aujourd’hui, je peux bien écrire la neuvième symphonie, sauver le monde d’une troisième guerre mondiale ou inventer le vaccin contre le sida, on ne retiendra de moi que cet acte innommable : j’ai abandonné mon bébé, toi, mon minuscule amour aux joues si douces, puisses-tu un jour me pardonner »

Trois pays, de vibrants portraits de femmes aux destins entrecroisés. Quel est le lien qui les unit ?

Quelle est leur véritable histoire ?

Voilà une auteure dont j’achète les livres sans forcément lire la quatrième de couverture, parce que je sais qu’avec Marie Vareille il n’y a jamais de déception et ce nouveau roman me le prouve une nouvelle fois. Puissant et bouleversant, ce récit aborde une magnifique histoire de femmes aux univers différents et aux destins parallèles.

Claire vient d’être virée de l’agence de publicité dans laquelle elle enchaînait les CDD. C’est triste et rageant, elle a tellement donné pour ce boulot. Mais elle ne fera pas d’histoire, elle vient d’apprendre qu’elle va être maman, alors rien ne viendra ternir ce futur bonheur, même pas le ton glacial de son patron quand il lui annonce qu’elle ne fait plus partie du personnel. Eléonore, sa meilleure amie, lui a trouvé un nouveau travail dans sa maison d’édition, Claire sera chargée, entre autres, d’épauler Eva Diaz, une écrivaine qui est son auteure favorite. Sa grossesse se déroule à merveille, la naissance de Marine vient couronner le tout mais après ?

Océane ne fera pas sa rentrée à l’université de Chicago, ses parents divorcent, elle a décidé de suivre son père qu’elle vénère, il est affecté à l’université de Bronwell, au fin fond des USA où il sera professeur et directeur du département de littérature. Cette mutation fait suite à un scandale, Océane en a saisi des bribes mais ne sait pas tout, elle a 19 ans et des rêves qu’elle a du mal à réaliser parce qu’elle veut toujours faire plaisir à son père. Solitaire et mal dans sa peau, elle manque totalement de confiance en elle, quand elle n’a pas le moral, elle fait des bulles avec du savon.

Il y a cette femme qui a fuit en direction de l’Indonésie, déprimée, fatiguée, elle a laissé son bébé à son mari, elle l’a abandonné. Elle ne sait plus ou elle en est, dévastée par son geste qu’elle ne peut expliquer. Elle se laisse couler lentement jour après jour et quand elle retrouve le petit bonnet de naissance dans sa trousse de toilette elle n’a plus que ses yeux pour pleurer. Elle pose ses maux dans un carnet de moleskine noir se demandant si un jour son enfant pourra lui pardonner ?

Quel point commun pourrait-il y avoir entre ces trois femmes qui semblent totalement aux antipodes ?

Bien plus qu’on ne le pense, et Marie Vareille nous dévoile petit à petit leurs vie, avec la pudeur qu’on lui connaît et des mots qui sonnent juste et tapent dans le mille. Dans ce roman elle aborde différents sujets de société comme la dépression post partum qui est trop souvent ignorée, la charge de travail des nouvelles mamans, la fatigue et la peur de ne pas être à la hauteur, la culpabilité.

Elle nous parle aussi d’abandon, avec beaucoup de compréhension, sans jamais juger. Elle évoque la vie de couple qui n’est pas toujours comme on le voudrait, les compromis et parfois les sacrifices qu’il faut faire pour y arriver, des fois ça ne suffit pas.

Remises en question, pardon, confiance en soi, résilience et jalousie font aussi partie des sujets que l’auteure maîtrise à la perfection, simplement, sans jamais trop en faire, elle chuchoterait presque, parce qu’elle n’a pas besoin d’en faire des tonnes Marie Vareille, elle va droit au but, sans fausse note, sans artifice ni paillettes, le message est clair et limpide, il est bouleversant, criant de vérité, il nous touche, nous heurte, nous donne à réfléchir.

Lentement on assemble les pièces du puzzle et on entrevoit les destins qui se croisent, les similitudes dans les vies, et on comprend mieux, l’auteure ménage le suspense jusqu’à la fin. On est surpris, les émotions se mélangent, les larmes ne sont pas loin. Si on a souvent tendance à juger ici on comprend, on a de la compassion, on trouve les explications et on est solidaire.

Quel magnifique roman, les personnages sont criants de vérité, on s’y attache, on les aime, on aimerait que ça dure un peu plus longtemps parce qu’on a du mal à les quitter. Un grand bravo à l’auteure pour cette pépite que je vous invite à lire si ce n’est déjà fait !

Note : 5 sur 5.
  • Editions : CHARLESTON
  • ISBN : 9 782368 126158
  • Mai 2021 – 357 pages

AUTOPSIE D’UN DRAME

SARAH VAUGHAN

Jess, mère au foyer fait preuve d’une grande dévotion envers ses trois enfants qu’elle chérit et protège à tout prix. C’est du moins la façon dont Liz, son amie depuis dix ans, la perçoit.

Mais le doute s’installe lorsque Jess se rend aux urgences pédiatriques où travaille Liz. Dans ses bras, sa fille Betsy, âgée de dix mois, présente tous les signes d’un traumatisme crânien. Jess, d’ordinaire soucieuse du bien-être de sa famille, semble étrangement distante et peu concernée par la situation et ses explications ne collent pas avec la blessure de l’enfant.

Liz s’interroge sur les réelles motivations de son amie. Pourquoi a-t-elle attendu aussi longtemps avant de se rendre à l’hôpital ? S’agit-il vraiment d’un accident comme elle l’affirme ?

Lire la suite

L’HIVER DE SOLVEIG

REINE ANDRIEU

Eté 1940 dans la France occupée par les Allemands, les habitants sont contraints de donner gîte et couvert à l’ennemi. A Lignon, paisible bourg du Bordelais, les Lenoir, une famille de notables, doivent héberger Günter Kohler. Passée sa répulsion première, Noémie, la jeune épouse, éprouve une violente attirance pour l’adjudant qui vit désormais sous leur toit.

Printemps 1945, la guerre est terminée mais elle a laissé derrière elle son lot de malheurs et de nombreux déplacés . Parmi eux, une fillette retrouvée sur un banc, dans un village non loin de Bordeaux. Qui est-elle ? d’où vient-elle ? et pourquoi semble-t-elle avoir tout oublié ? Justin, un gendarme de 24 ans, décide de la prendre sous son aile et de percer le mystère qui l’entoure.

Lire la suite

MA CHERIE

LAURENCE PEYRIN 

41C3pSpbQBL._SX195_Née dans un village perdu du sud des Etats-Unis, Gloria était si jolie lorsqu’elle est devenue miss floride 1952, et la maîtresse officielle du plus célèbre agent immobilier de Coral Gables, le quartier chic de Miami.

Dans les belles histoires et les cocktails, on l’appelle « ma chérie » mais un matin, son amant est arrêté pour escroquerie. Le monde factice de Gloria s’écroule : rien ne lui appartient, ni la maison, ni les bijoux, ni l’amitié de ces gens qui s’amusaient avec elle hier encore.

Munie d’une valise et de quelques dollars, elle se résout à rentrer chez ses parents. Dans le car qui l’emmène il ne reste qu’une place à côté d’elle. Un homme lui demande la permission de s’y asseoir, Gloria accepte. Un homme noir à côté d’une femme blanche dans la Floride conservatrice de 1963. Sans le savoir, Gloria vient de prendre sa première vraie décision et fait ainsi un pas crucial sur le chemin chaotique qui donnera un jour un sens à sa nouvelle vie 

Lire la suite