L’HIVER DE SOLVEIG

REINE ANDRIEU

Eté 1940 dans la France occupée par les Allemands, les habitants sont contraints de donner gîte et couvert à l’ennemi. A Lignon, paisible bourg du Bordelais, les Lenoir, une famille de notables, doivent héberger Günter Kohler. Passée sa répulsion première, Noémie, la jeune épouse, éprouve une violente attirance pour l’adjudant qui vit désormais sous leur toit.

Printemps 1945, la guerre est terminée mais elle a laissé derrière elle son lot de malheurs et de nombreux déplacés . Parmi eux, une fillette retrouvée sur un banc, dans un village non loin de Bordeaux. Qui est-elle ? d’où vient-elle ? et pourquoi semble-t-elle avoir tout oublié ? Justin, un gendarme de 24 ans, décide de la prendre sous son aile et de percer le mystère qui l’entoure.

J’ai vu passer ce roman maintes et maintes fois sur mon fil Instagram et les chroniques étant toutes unanimes, j’ai décidé de me lancer. Je n’avais encore jamais lu Reine Andrieu dont c’est le second roman après le chant des Amazones mais la seconde guerre mondiale fait partie de mes thèmes favoris et je savais que cette lecture me passionnerait.

C’est un roman choral, ça peut parfois être compliqué à suivre, surtout quand il y a plusieurs personnages mais dans cette histoire on ne se perd à aucun moment, parce que tout est bien structuré et qu’il est très intéressant d’avoir la vision et les points de vue de l’histoire en fonction des personnages, de pouvoir analyser leur ressenti et leur vécu, chacun étant persuadé, de détenir la vérité.

En période de guerre, les tensions sont exacerbées, il faut faire attention à son voisin, son entourage, ses amis et même sa propre famille parfois, Noémie et Armand Lenoir vont en faire les frais malgré eux. Il est médecin dans le village de Lignon, un petit bourg bien tranquille où les Allemands ont élu domicile, Noémie gère la demeure familiale et les domestiques : Ernestine qui s’occupe du ménage, Cosima la cuisinière et Germain qui gère le jardin et les travaux d’entretien du manoir, ils ont deux enfants, Solveig et Valentin.

Le manoir est réquisitionné pour loger l’adjudant Günter Kohler et ce n’est pas de gaité de coeur que les Lenoir l’accueillent chez eux mais ils n’ont vraiment pas le choix. L’adjudant est bel homme, très poli, plein d’éducation et cultivé aussi, petit à petit il trouve ses marques, surtout auprès de Noémie dont il tombe amoureux. Celle-ci n’est pas insensible au charme de Günter mais il est Allemand, c’est un ennemi, il faut savoir raison garder, d’autant plus que les Lenoir sont engagés dans la résistance et qu’ils risquent leur vie si ils venaient à être démasqués.

Noémie s’accorde néanmoins cette idylle qui la rend heureuse. En Günter elle trouve tout ce qu’elle n’a pas avec son mari, et s’il n’y avait pas cette guerre et qu’elle n’était pas mariée, personne ne trouverait rien à redire sur le fait qu’elle vive une histoire d’amour avec un Allemand. Les domestiques se rendent vite compte que leur patronne est la maîtresse de l’adjudant, ils en ressentent de l’écoeurement et de la honte mais ils ne laissent rien paraître. Les opérations de résistance des Lenoir s’intensifient et quand ils cachent une famille juive dans leur cave, les risques sont au maximum. Si les domestiques ont le nez fin concernant la relation de Noémie et de Günter, ils ne se doutent à aucun moment que leurs patrons puissent faire partie de la résistance. Germain est également lié à un groupe de résistants qui ne croise jamais le groupe des Lenoir.

La guerre est terminée, il est temps de rendre des comptes, surtout pour ceux qui ont collaboré avec l’ennemi. Beaucoup ne reviendront pas, tués au combat, gazés dans les camps de la mort ou encore fusillés dans les prisons. Il y a cette petite fille totalement perdue, qui attend sur un banc, elle ne sait pas d’où elle vient, ni comment elle s’appelle, ne se souvient plus de sa famille, elle est totalement amnésique. Justin, un gendarme, va la prendre en charge et remonter le temps avec elle afin de l’aider et de trouver qui elle est et d’où elle vient.

Deux histoires en parallèle qui ne pourraient en former qu’une et peut-être se rejoindre mais je n’en dirai pas plus pour ne pas dévoiler l’intrigue qui s’avère passionnante.

Reine Andrieu nous livre un beau roman très poignant, plein de sensibilité et de colère aussi. La guerre c’est très moche, ca change les destins à jamais, puis il y a les dommages collatéraux, ceux que l’on attend pas forcément et qui se dévoilent quand le calme revient. Il y a des vengeances qui ont besoin d’être assouvies. Il y a des rumeurs et des non-dits qui risquent de faire très mal. Il y a la folie des hommes que même de saines paroles ne sauraient arrêter, la haine aveugle bien souvent.

J’ai aimé ce roman même si je n’ai pas toujours été d’accord avec les personnages, il est curieux de constater que j’ai beaucoup de sympathie pour l’adjudant Allemand et que ça m’a un peu ébranlée. Armand Lenoir a du mérite avec ses actes de résistance, mais je le trouve un peu plat. Noémie ne démérite pas, elle se rallie au groupe et fait passer des documents pour la résistance, elle n’est qu’un petit maillon d’une chaine mais si le maillon se brise, la chaîne n’existe plus. Sa liaison avec l’adjudant change la donne, mais au fond qui sommes nous pour la juger ? Ernestine me déplait tout de suite, une commère de bas étage qui n’a pas de reconnaissance pour ses patrons, je n’ai pas non plus d’attrait particulier pour Germain, même si finalement lui aussi est un héros, mais la devise héros un jour héros toujours n’est pas valable dans tous les cas.

Ce livre est une histoire d’amour, une histoire de haine, de vengeance et peut-être aussi de résilience pour ceux qui restent. Un beau roman que je conseille fortement.

Note : 4.5 sur 5.
  • EDITIONS PRELUDES
  • ISBN : 9 782253 080855
  • Février 2021 – 437 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s