L’HERITAGE DE LA VILLA AUX ETOFFES

ANNE JACOBS

Augsbourg 1920, la guerre est finie et, après les difficultés et les privations, le bonheur a refait son apparition à la villa aux étoffes.

Rentré de captivité, Paul Melzer a repris la tête de l’usine familiale . Avec l’aide de son associé Ernst Von Klippstein, il la remet à flot et l’engage sur la voie de la modernité.

Marie, de son côté, peut enfin se consacrer à sa véritable vocation et ouvrir un petit atelier de haute couture. Il ne faut pas longtemps pour que ses merveilleuses créations connaissent un grand succès.

Mais alors que son activité se développe, son mariage avec Paul commence à battre de l’aile. Après une ultime dispute, Marie quitte la villa avec leurs deux enfants. Le destin est en marche…

Lire la suite

LES FILLES DE LA VILLA AUX ETOFFES

ANNE JACOBS

AUGSBOURG, hiver 1916 Trois ans se sont écoulés depuis le jour où Marie a frappé pour la première fois à la porte des Melzer.

Seulement trois ans…. et pourtant tout a changé. Si la jeune femme est à présent l’épouse de Paul et la maîtresse des lieux, l’heure n’est plus à la fête dans la somptueuse demeure transformée en hôpital militaire. Les hommes ont rejoint le front, femmes et domestiques oeuvrent jour et nuit aux côtés des blessés et Marie se consacre à la gestion de l’usine familiale, dont elle découvre avec stupeur la situation critique.

Alors que s’éloigne un peu plus chaque jour l’espoir de voir Paul revenir rapidement de cette guerre terrible et que le destin de toute la famille repose sur ses seules épaules, Marie se sent vaciller.

Qu’est ce qui la retient alors d’accepter l’aide du séduisant Ernst von Klippstein qui n’a jamais dissimulé l’intérêt qu’il lui porte ?

Lire la suite

D’APRES UNE HISTOIRE VRAIE

DELPHINE DE VIGAN

9782253068631-001-T

 

Encore aujourd’hui il m’est difficile d’expliquer comment notre relation s’est développée si rapidement, et de quelle manière L a pu, en l’espace de quelques mois, occuper une place dans ma vie.

L exerçait sur moi une véritable fascination. L m’étonnait, m’amusait, m’intriguait, m’intimidait. L exerçait sur moi une douce emprise, intime et troublante, dont j’ignorais la cause et la portée »

Lire la suite

NANA

EMILE ZOLA

9782253003656-T

Dans les dernières années du Second Empire, quand Nana joue le rôle de Vénus au Théâtre des Variétés, son succès tient moins à son médiocre talent d’actrice qu’à la séduction de son corps nu, voilé d’une simple gaze. Elle aimante sur scène tous les regards comme elle attire chez elle tous les hommes : tentatrice solaire qui use de ses charmes pour mener une vie de luxure et de luxe, de paresse et de dépense.Grâce à elle, c’est tout un monde que le romancier parvient à évoquer, toute une époque et tout un style de vie.Ce neuvième volume des Rougon-Macquart est une satire cinglante des hautes sphères perverties par une fête qui ruine le peuple et détruit les valeurs.

Lire la suite

LA CONQUETE DE PLASSANS

EMILE ZOLA

61ph1rSxq9L

Il détachait son cheval, dont il avait noué les guides à une persienne lorsque l’abbé Faujas, qui rentrait, passa au milieu du groupe avec un léger salut. On eût dit une ombre noire filant sans bruit. Félicité se tourna lentement, le poursuivit du regard jusque dans l’escalier, n’ayant pas eu le temps de le dévisager. Macquart muet de surprise hochait la tête murmurant : « Comment mon garçon, tu loges des curés chez toi maintenant ? et il a un oeil singulier cet homme. Prends garde, les soutanes ça porte malheur !! »

Lire la suite

BEL AMI

GUY DE MAUPASSANT

003614362

C’est une  très vieille édition qui date de plus de 50 ans que j’ai retrouvée dans la bibliothèque de mes parents. Le livre est en cuir et a été édité par les Editions Rencontre avec l’autorisation des éditions Albin Michel. IL n’y a ni ISBN ni date d’impression. Dans les chapitres on retrouve des gravures de Ferdinand Bac et il est préfacé par Gilbert Sigaux. Les feuilles sont épaisses et jaunies par le temps certainement mais ça ne change rien à la qualité du roman que j’ai dévoré. J’ai choisi Folio Classique pour l’illustrer, j’aurai pu prendre une toute autre image…..  Lire la suite