AINSI GELENT LES BULLES DE SAVON

MARIE VAREILLE

« Certains choix nous définissent à tout jamais, celui-ci en fait partie. A partir d’aujourd’hui, je peux bien écrire la neuvième symphonie, sauver le monde d’une troisième guerre mondiale ou inventer le vaccin contre le sida, on ne retiendra de moi que cet acte innommable : j’ai abandonné mon bébé, toi, mon minuscule amour aux joues si douces, puisses-tu un jour me pardonner »

Trois pays, de vibrants portraits de femmes aux destins entrecroisés. Quel est le lien qui les unit ?

Quelle est leur véritable histoire ?

Voilà une auteure dont j’achète les livres sans forcément lire la quatrième de couverture, parce que je sais qu’avec Marie Vareille il n’y a jamais de déception et ce nouveau roman me le prouve une nouvelle fois. Puissant et bouleversant, ce récit aborde une magnifique histoire de femmes aux univers différents et aux destins parallèles.

Claire vient d’être virée de l’agence de publicité dans laquelle elle enchaînait les CDD. C’est triste et rageant, elle a tellement donné pour ce boulot. Mais elle ne fera pas d’histoire, elle vient d’apprendre qu’elle va être maman, alors rien ne viendra ternir ce futur bonheur, même pas le ton glacial de son patron quand il lui annonce qu’elle ne fait plus partie du personnel. Eléonore, sa meilleure amie, lui a trouvé un nouveau travail dans sa maison d’édition, Claire sera chargée, entre autres, d’épauler Eva Diaz, une écrivaine qui est son auteure favorite. Sa grossesse se déroule à merveille, la naissance de Marine vient couronner le tout mais après ?

Océane ne fera pas sa rentrée à l’université de Chicago, ses parents divorcent, elle a décidé de suivre son père qu’elle vénère, il est affecté à l’université de Bronwell, au fin fond des USA où il sera professeur et directeur du département de littérature. Cette mutation fait suite à un scandale, Océane en a saisi des bribes mais ne sait pas tout, elle a 19 ans et des rêves qu’elle a du mal à réaliser parce qu’elle veut toujours faire plaisir à son père. Solitaire et mal dans sa peau, elle manque totalement de confiance en elle, quand elle n’a pas le moral, elle fait des bulles avec du savon.

Il y a cette femme qui a fuit en direction de l’Indonésie, déprimée, fatiguée, elle a laissé son bébé à son mari, elle l’a abandonné. Elle ne sait plus ou elle en est, dévastée par son geste qu’elle ne peut expliquer. Elle se laisse couler lentement jour après jour et quand elle retrouve le petit bonnet de naissance dans sa trousse de toilette elle n’a plus que ses yeux pour pleurer. Elle pose ses maux dans un carnet de moleskine noir se demandant si un jour son enfant pourra lui pardonner ?

Quel point commun pourrait-il y avoir entre ces trois femmes qui semblent totalement aux antipodes ?

Bien plus qu’on ne le pense, et Marie Vareille nous dévoile petit à petit leurs vie, avec la pudeur qu’on lui connaît et des mots qui sonnent juste et tapent dans le mille. Dans ce roman elle aborde différents sujets de société comme la dépression post partum qui est trop souvent ignorée, la charge de travail des nouvelles mamans, la fatigue et la peur de ne pas être à la hauteur, la culpabilité.

Elle nous parle aussi d’abandon, avec beaucoup de compréhension, sans jamais juger. Elle évoque la vie de couple qui n’est pas toujours comme on le voudrait, les compromis et parfois les sacrifices qu’il faut faire pour y arriver, des fois ça ne suffit pas.

Remises en question, pardon, confiance en soi, résilience et jalousie font aussi partie des sujets que l’auteure maîtrise à la perfection, simplement, sans jamais trop en faire, elle chuchoterait presque, parce qu’elle n’a pas besoin d’en faire des tonnes Marie Vareille, elle va droit au but, sans fausse note, sans artifice ni paillettes, le message est clair et limpide, il est bouleversant, criant de vérité, il nous touche, nous heurte, nous donne à réfléchir.

Lentement on assemble les pièces du puzzle et on entrevoit les destins qui se croisent, les similitudes dans les vies, et on comprend mieux, l’auteure ménage le suspense jusqu’à la fin. On est surpris, les émotions se mélangent, les larmes ne sont pas loin. Si on a souvent tendance à juger ici on comprend, on a de la compassion, on trouve les explications et on est solidaire.

Quel magnifique roman, les personnages sont criants de vérité, on s’y attache, on les aime, on aimerait que ça dure un peu plus longtemps parce qu’on a du mal à les quitter. Un grand bravo à l’auteure pour cette pépite que je vous invite à lire si ce n’est déjà fait !

Note : 5 sur 5.
  • Editions : CHARLESTON
  • ISBN : 9 782368 126158
  • Mai 2021 – 357 pages

MA VIE, MON EX ET AUTRES CALAMITES

MARIE VAREILLE

images (2)

 

Juliette a un amoureux, un job, un appartement et trente et une paires de chaussures. Mais toutes les bonnes choses ont une fin : du jour au lendemain, elle se retrouve célibataire, chômeuse et sans logement !

Une série de quiproquos rocambolesques la contraint à affronter sa plus grande terreur -l’avion- et à s’envoler pour les Maldives à la poursuite de son ex et de sa mystérieuse nouvelle copine.

Evidemment, là non plus rien ne se passe comme prévu….

Lire la suite

LA MELANCOLIE DU KANGOUROU

LAURE MANEL 

9782253259619-001-T

La naissance de Lou aurait du être pour Antoine le plus beau moment de son existence. Mais la mort de Raphaëlle, son épouse qu’il aimait au-delà de tout, l’a brisé et il a du mal à créer un lien avec son bébé, jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l’irrépressible joie de vivre, pour s’occuper du nourrisson.

Parviendra t’elle à aider Antoine à se révéler comme père et se reconstruire ? 

Lire la suite