A LA LUMIERE DE NOS JOURS

CLARISSE SABARD

2013 Après de longues années d’absence, Julia débarque dans sa famille paternelle, en plein coeur de la Touraine.

Fraîchement renvoyée du célèbre concours de pâtisserie pour lequel elle travaillait, dévastée par le récent décès de sa mère, la jeune femme est complètement perdue. Mais les dernières volontés de sa mère sont claires : Julia doit renouer avec son père, retrouver ses proches et partir en quête de son héritage.

Accueillie à bras ouverts par sa grand mère Suzette, qui rêve de la voir reprendre la pâtisserie familiale, la jeune femme se retrouve rapidement plongée au coeur de l’histoire des trois générations de femmes qui l’ont précédée.

Des faubourgs parisiens des années 1920 en passant par les heures les plus sombres de l’occupation, les secrets d’une famille mais aussi de tout un village éclatent l’un après l’autre. Et c’est peut-être à ce prix, une fois les blessures du passé guéries, que Julia pourra avancer dans la lumière.

Clarisse Sabard fait partie de mes auteures favorites, je peux acheter ses livres sans forcément regarder la quatrième de couverture parce que je sais pertinemment que je ne serai pas déçue et je ne le suis jamais, au bout d’à peine quelques lignes je suis déjà ancrée dans l’histoire et c’est de bonne augure pour la suite.

L’auteure a une imagination débordante et les secrets de famille sont sa marque de fabrique, elle gère à la perfection. 597 pages, je crois que c’est une première, « même pas peur », non seulement on ne les voit pas passer mais on en redemanderait !

Clarisse Sabard nous embarque en 2013, dans le village de Cressigny en Touraine ( nom fictif mais le village existe réellement) avec Julia qui vient d’être remerciée d’une animation télévisuelle de Pâtisserie pour laquelle elle travaillait. Elle a beaucoup de mal à se remettre de son éviction et n’est même plus capable de pâtisser, elle qui était la reine des gâteaux. Mais c’est surtout le décès de sa mère qui l’a totalement dévastée et c’est pour honorer ses dernières volontés qu’elle retourne dans ce village de Touraine où vit sa famille paternelle, sa mère lui a demandé de renouer avec son père dont elle était divorcée et de partir sur les traces de son passé.

Le passé on y plonge tout de suite avec délectation, on se retrouve en 1919 avec Eugénie, l’arrière grand-mère paternelle de Julia, dans les faubourgs parisiens et quel bonheur de se mouvoir dans cette atmosphère à la Zola, même si c’est très sombre. L’auteure réussit parfaitement à nous transposer dans cet univers malsain de pauvreté extrême et j’avoue que parfois j’ai eu de beaux coups de stress !

Eugénie est encore une jeune fille timide qui ne connaît rien de la vie et ce Paris des débuts du XXème siècle n’est pas très sécurisant pour quelqu’un qui vient de la campagne. Mais elle a du caractère et sait ce qu’elle veut. Clarisse Sabard nous dresse un magnifique portrait de femme forte et fragile à la fois qui va, au fil des années, s’affirmer, construire sa vie en s’unissant à celui qu’elle aime et qu’elle a choisi. Elle va également s’épanouir professionnellement et grâce à un coup de pouce de son patron, Monsieur Rossignol, elle va pouvoir racheter la pâtisserie avec son mari. La naissance de leur fille Suzette vient couronner le tout.

Je suis conquise par la façon dont Eugénie mène sa barque, sa ténacité et son courage. J’aime beaucoup les différents personnages qui gravitent autour d’elle et qui vont, chacun à leur façon, l’aider dans sa vie.

Julia est subjuguée par les révélations que lui fait son père sur cette arrière grand-mère peu conventionnelle et un peu avant-gardiste il faut bien l’avouer mais quand elle découvre le passé de Suzette, sa grand-mère encore en vie qui a dissimulé son journal intime dans un vieux secrétaire, elle ne peut s’empêcher de le lire et de déterrer des secrets de famille qui vont l’aider à y voir plus clair et à avancer pour son futur.

Suzette a elle aussi un destin hors du commun, elle a la chance d’avoir des parents aimants qui l’aident et la comprennent parfaitement, elle va pouvoir faire ses propres choix artistiques et amoureux. On se retrouve en pleine seconde guerre mondiale, une atmosphère pesante et dangereuse qui peut parfois mener à la folie. L’occupation, les privations, la peur, la résistance et ses réseaux qui se mettent en place…. Là encore, l’auteure maîtrise parfaitement le sujet et on ne se lasse pas du récit, comme si on y était.

Bien sûr on ne perd pas du tout de vue Julia qui est le personnage principal de ce roman et qui est une femme forte, dans la lignée de ses ancêtres féminins. Petit à petit elle se relève et prend son destin en mains, la découverte de son passé et de ses racines l’aident à y voir plus clair et à préparer son avenir. C’est une jeune femme réfléchie qui sait faire la part des choses et qui veut aller de l’avant. Il lui manque un prince charmant mais peut-être qu’il est là, dans ce village de Cressigny et qu’elle ne le sait pas encore….

Nous sommes encore jeunes Eugénie, nous sommes à la lumière de nos jours, et c’est pendant que sa lueur brille que nous devons avancer vers elle.

C’est un merveilleux roman, peut-être mon préféré de Clarisse Sabard, mais je dis ça à chaque nouveau livre que je lis, ça prouve que l’auteure monte d’un cran dans son écriture et dans les thèmes qu’elle aborde.

Dans cette histoire il y a tout, de l’amour, de l’humour -parce que l’auteure adore ça et qu’elle le fait parfaitement- de l’amitié, des secrets faramineux -elle est spécialiste- des personnages attachants et des paysages à couper le souffle. J’avoue que j’irai bien faire un petit tour en Touraine. Il y a le côté historique aussi, que ce soit le Paris des années 20 où la Touraine de la seconde guerre mondiale, l’auteure ne laisse rien au hasard et on la sent très investie et documentée.

Les émotions sont là, l’écriture est fluide et douce, on se laisse guider, c’est parfois les montagnes russes, on rit de bon coeur et tout à coup les larmes viennent…. Ce roman à la douceur des pâtisseries de l’héroïne, il est tendre, il fond lentement et procure des tonnes de bonheur. Il est acidulé et pétillant, il est frais et fruité, j’ai adoré !!

J’ai dévoré les pages, me surprenant à lire plus que de coutume, luttant le soir contre le sommeil, la découverte des secrets était exaltante et stupéfiante, je voulais connaître la fin, puis je ne voulais pas que ça s’arrête…. Bravo Clarisse, c’est un vrai coup de coeur, avec la fin du roman je me sens un peu orpheline, Eugénie, Suzette et Julia me manquent déjà…..

Note : 5 sur 5.
  • EDITIONS CHARLESTON
  • ISBN 9 782368 126035
  • AVRIL 2021 – 596 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s