LE GARCON EN PYJAMA RAYE

JOHN BOYNE

Pas de résumé sur la quatrième de couverture pour ce livre. L’auteur a tenu à ce que le lecteur découvre l’histoire sans savoir de quoi elle parle.

On entre simplement dans l’univers de Bruno en pleine seconde guerre mondiale où le jeune garçon n’a absolument aucune idée de ce qu’il se passe et de la cruauté des hommes. Il est le fils d’un officier nazi qui va prendre le commandement d’un camp et pas n’importe lequel, celui d’Auschwitz.

Il fait la rencontre de Shmuel avec qui il se lie d’amitié. Tout semble tellement simple avec les enfants…..

Bruno a 9 ans, il vit à Berlin avec sa soeur et ses parents, son père, officier nazi, vient d’obtenir une promotion, il va prendre le commandement du camps d’Auschwitz et toute la famille doit déménager pour rejoindre une villa qui jouxte le camps et qui sera désormais leur lieu d’habitation. Bruno est réticent, ses trois meilleurs amis sont à Berlin, mais on ne discute pas les ordres de son père et toute la famille prend la route, direction Auschwitz.

La nouvelle maison est grande, avec un jardin, mais Bruno ne l’aime pas, il n’y a pas d’autres habitations aux environs, ils sont seuls au milieu de nulle part, il se demande comment il va réussir à vivre dans un endroit pareil. Quand il découvre, par la fenêtre de sa chambre, qu’il y a d’autres habitants tout proche, il change d’avis et décide qu’il ira explorer les lieux avec l’espoir de se faire de nouveaux amis.

Bruno est petit et innocent, il ne sait pas qu’à côté de sa maison c’est un camp de concentration où des gens meurent, Il ignore tout de la guerre dans laquelle il est pourtant plongé mais plutôt protégé, il ignore tout des activités de son père, il voit bien que c’est un homme important qui a tout pouvoir. Il a cette innocence enfantine qui fait voir le monde sans méchanceté, les yeux d’un enfant qui ne connaît pas le mal et qui vit pourtant sous le toit d’un monstre.

Bruno est perplexe quand il aperçoit les gens derrière ce qu’il appelle la barrière alors que ce sont des barbelés. Pourquoi sont ils tous habillés pareil ? IL n’y a que des hommes et des enfants, où sont les mères ? pourquoi sont-ils si sales ? pourquoi leurs maisons n’ont pas d’étages, est ce qu’on est à la campagne ? peut-être que ce sont des fermiers, mais où sont les animaux ?

John Boyne nous fait habilement rentrer dans l’univers de l’enfant qui n’a plus qu’une idée en tête, -bien que son père lui ait formellement interdit- partir en exploration sur le domaine voisin. Pour lui on est à « Hoche Vite », mais où se trouve « Hoche Vite » sur la carte ? son père travaille pour le « fourreur » -traduisez le führer- un petit bonhomme à moustache pas très sympathique, qui est venu dîner chez eux à Berlin, Bruno est assez perplexe face à cette situation mais il tente de se rassurer avec ses idées d’enfant.

Il se lie d’amitié avec Shmuel et il découvre qu’il est un peu son jumeau, ils sont nés le même jour. La rencontre entre les deux enfants est merveilleuse, chacun est dans son monde, Shmuel tente de raconter sa triste histoire, Bruno y répond sans jamais voir que quelque chose cloche, il a toujours une réponse positive à apporter, il minimise les faits, sans le vouloir, sans le faire exprès. Cette amitié entre les deux enfants est enrichissante, l’auteur fait passer un beau message, les enfants n’ont pas d’à priori, ils peuvent s’entendre et s’aimer, quelle que soit la religion, le niveau social, la couleur de peau.

Chaque jour Bruno va voir Shmuel, il lui rapporte même des petites choses à manger, toujours en toute innocence, sans penser un seul instant à l’enfer que vit son copain de jeu qui est affamé, sans imaginer l’innommable qui se passe derrière les barbelés. Quand un après-midi, Shmuel informe Bruno que son père a disparu, celui-ci décide de passer de l’autre côté de la barrière et de se fondre dans le camp avec les autres afin de retrouver le père disparu, ensemble ils vont explorer…..

Ce livre est recommandé par l’Education nationale et destiné aux jeunes à partir de 12 ans, je pense qu’un jeune ne doit pas le lire seul mais être aidé par un adulte afin que celui-ci puisse bien l’accompagner dans sa lecture et lui expliquer en cas de besoin afin qu’il n’y ait pas d’erreur d’interprétation possible. J’espère qu’il est étudié en classe, je pense que c’est l’endroit le plus adapté pour en parler.

Lu par un adulte, ce livre est bouleversant, on en ressort pas indemne émotionnellement. Je l’ai lu en quelques heures, difficile de contenir ses larmes, il m’a fallu un peu de temps pour passer à autre chose mais je suis heureuse de l’avoir lu.

Note : 5 sur 5.

Editions : FOLIO JUNIOR – GALLIMARD JEUNESSE

ISBN : 9 782070 612987

203 pages – Année 2007

3 réflexions sur “LE GARCON EN PYJAMA RAYE

  1. Je l’ai dans ma bibliothèque, je ne l’ai pas encore lu mais je pense le faire pour voir comment les choses sont amenées car j’ai quelques réserves. On verra, du coup. 🙂 Je suis en tout cas contente qu’il t’ait touché en plein cœur !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s