LES OURS MAL LECHES S’APPRIVOISENT A NOEL

VALENTINE STERGANN

Malgré un quotidien bien huilé, Irène a l’impression de passer à côté de son destin. Alors, quand elle apprend que la vieille amie de sa grand-mère lui lègue sa maison en Angleterre, elle n’hésite pas et saute seule dans le premier avion, direction Charlestown.

A l’aube des fêtes de fin d’année, elle démarre une nouvelle vie avec de nouveaux voisins : un septuagénaire loufoque, une pétillante serveuse…. mais surtout Rudolph, solitaire et bourru, veuf depuis deux ans. Aussi attirant qu’agaçant, cet homme des cavernes se maintient tant bien que mal au-dessus des flots grâce à son fils.

Et si l’étincelante Irène réussissait à le faire sourire à nouveau ? Et si c’était ça, la magie de Noël ?

Première fois avec Valentine Stergann et un coup de coeur de décembre pour ce livre qui m’a transportée outre Manche et qui m’a enchantée. Je l’avais vu passer sur Instagram et je n’avais lu que des éloges et avis positifs, je comprends pourquoi maintenant !

L’héroïne c’est Irène, une jeune femme peu sûre d’elle à laquelle on s’attache tout de suite. Elle vit avec Edouard depuis 20 ans, un beau garçon qui lui a fait tourner la tête à la fac, des années merveilleuses où ils regardaient dans la même direction. Puis le couple s’essouffle, Irène rêve d’être maman, la grossesse n’arrive pas, elle est focalisée sur son désir de maternité, Edouard en a marre. Irène finit par se rendre compte qu’il ne la fait plus réellement vibrer, elle se voile la face depuis quelques temps, elle décide de rompre avec lui de façon un peu abrupte il faut bien l’avouer, mais il le fallait.

Alors qu’elle se demande quel sens elle va donner à sa vie, elle hérite d’une maison en Angleterre, dans le petit village de pêcheurs de Charlestown en Cornouailles. C’est Margaret, une amie de sa grand-mère qui l’a couchée sur son testament, elle l’avait presque oubliée mais Margaret qui rêvait d’avoir une fille comme elle et n’a pas eu de descendance lui lègue cette petite maison rose où il reste encore tellement de souvenirs, elle espère qu’Irène la fera vivre à travers elle.

L’hésitation n’est guère longue, Irène décide de tout lâcher (elle vient en plus d’être licenciée) pour aller se reconstruire une vie de l’autre côté et saute dans le premier avion. A peine arrivée elle fait la connaissance de Jacob, un papy génial qui était le meilleur ami de Margaret et qui vit dans la maison à côté. Elle sait déjà qu’elle tient là, un véritable ami sur qui elle pourra compter.

Elle prend ses marques doucement jusqu’au moment où elle a absolument besoin d’une voiture pour aller faire son plein de courses, habiter un village loin de tout ça peut avoir son charme mais c’est aussi contraignant quand il faut se déplacer. Jacob ne peut pas l’aider, Zoey qui travaille au bar du coin et qui deviendra une fidèle amie non plus, elle est souffrante. Une dernière option s’offre à elle, aller demander de l’aide à Rudolph, un papa veuf qui habite une maison voisine avec son fils mais qui est tout sauf sociable. La rencontre est déroutante et brutale, Irène se prend une fin de non recevoir en bonne et due forme !

N’importe qui aurait décidé de ne plus adresser la parole à cet ours mal léché qu’est Rudolph, après tout, on est pas toujours obligé de s’entendre avec ses voisins, on peut les ignorer mais Irène n’est pas dans cette optique, d’autant plus qu’elle se lie d’une véritable amitié avec Quincy, le fils de celui-ci et il faut bien avouer aussi que Rudolph est beau comme un Dieu. L’histoire s’emballe et c’est délicieux, on fait la connaissance de Rudolph et de son vécu douloureux et on lui trouve de suite des circonstances atténuantes alors qu’on le détestait au départ. Irène commence à apprivoiser cet ours mal léché, dont elle est très vite éprise, reste à savoir s’il y a réciprocité.

Tout s’organise autour de cette nouvelle vie dans la maison rose. Irène se découvre une passion pour la photographie, (vestiges de son ancienne vie de Journaliste) elle se créée un blog avec, en vedette, une petite voiture rose qu’elle vient d’acquérir, le succès est au rendez-vous. On découvre une femme épanouie qui mène enfin sa vie comme elle l’entend, une femme qui compte beaucoup pour Quincy qui voit en elle une probable maman de remplacement, une femme amoureuse qui est prête, -même si elle a très peur- à s’embarquer dans une nouvelle histoire avec Rudolph ce voisin qu’elle apprend à connaître et à apprécier de plus en plus.

L’auteure nous embarque dans des rires, des situations loufoques et cocasses mais aussi dans des épisodes plus doux où parfois les larmes ne sont pas loin. On découvre une héroïne formidable, très empathique et toujours prête à aider son prochain et ça fait un bien fou. Valentine Stergann nous délivre, à travers ce roman, une belle leçon de vie et d’espoir sur fond de magie de Noël. Tout est là, même la neige est au rendez-vous.

J’ai adoré ce roman très addictif. On se laisse bercer tout au long du roman, notre coeur bat avec celui d’Irène, elle est trop adorable pour ne pas avoir enfin le bonheur qu’elle mérite alors on espère très fort et on croise les doigts. C’est un roman doudou, une parenthèse de douceur comme le dit si bien l’auteure et si la période de Noël s’y prête particulièrement, il n’y a pas de saison pour lire cette belle histoire alors je vous la recommande si vous ne l’avez pas encore lue !

Note : 5 sur 5.
  • EDITIONS : HUGO POCHE
  • ISBN : 9 782755 684742
  • Octobre 2020 – 460 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s