LES AMANTS DE L’ETE 44 – POUR L’AMOUR DE LAUREN

KARINE LEBERT

Gemma est une jeune New-Yorkaise vive, séduisante et pragmatique, travaillant avec passion dans l’entreprise familiale de produits alimentaires. A la mort de sa mère, elle découvre que sa « vraie » grand-mère, Philippine. était Française ; elle décide alors de partir, seule, sur ses traces.

Ce voyage à la recherche de ses origines la conduit en Normandie. En sillonnant la région, l’Américaine recueille les témoignages de ceux qui ont connu Philippine. Tout commence à Deauville, en 1944, quand la jeune normande rencontre Ethan, un G.I cajun de Louisiane.

Deux destins de femmes, deux continents, deux époques… la première enquête, la seconde se raconte. Gemma trouvera un nouveau sens à sa vie et comprendra comment Philippine a payé le prix de sa liberté avec en filigrane cette question douloureuse : Pourquoi a-t-elle abandonné sa fille aux Etats-Unis ?

Première fois avec Karine LEBERT et me voilà complètement addicte et transportée dans cette merveilleuse histoire qui m’enveloppe et m’offre voyage et évasion, tout ce que j’attends d’un livre.

C’est curieux mais je savais que ce roman allait me fait vibrer, l’époque d’abord, parce que j’affectionne les histoires qui se déroulent durant la seconde guerre mondiale, le thème ensuite ; une jeune femme qui part à la recherche de ses racines et qui met au jour les secrets de famille, et enfin les lieux, les Etats-Unis où je rêve d’aller, la Normandie que je connais. Ajoutons à cela certains faits historiques que je ne soupçonnais pas, comme l’histoire des « War Brides »…. tous les ingrédients sont là et le résultat est à la hauteur, ce roman est un bijou.

L’auteure mêle habilement deux époques et deux destins de femmes auxquelles on s’attache tout de suite. Gemma jeune femme brillante et indépendante vit aux Etats-Unis, elle travaille dans l’entreprise de son père et est promise à un bel avenir qui bascule au décès de sa mère quand un détective privé prend contact avec elle et lui remet une enveloppe qui contient des informations sur sa grand-mère maternelle.

Elle découvre que sa grand-mère est française et s’appelle Philippine Lemonnier, elle est aussi très intriguée par une vieille photographie en noir et blanc où l’on y voit une jeune femme et une petite fille, avec, en toile de fond, des falaises blanches et la mer. Il n’en faut pas plus à Gemma pour tout laisser tomber et partir à la recherche du passé de sa grand-mère et de ses propres racines. Elle prend un vol pour la France, direction la côte Normande où elle espère bien retrouver des membres de la famille Lemonnier.

C’est ainsi que l’on découvre l’histoire de Philippine, qui, durant la seconde guerre mondiale, à l’été 44, vit dans une ferme du Calvados avec ses parents et ses deux frères. Le débarquement a eu lieu, les GI Américains prennent possession des villages pour les libérer et s’installent, réquisitionnant parfois des lieux, comme l’ont fait les Allemands auparavant, sauf que là ils ne sont pas des occupants mais des libérateurs, et c’est là que le bât blesse, et que je découvre un autre fait d’histoire que j’étais loin de m’imaginer : le comportement irrespectueux et violent des militaires américains.

Philippine tombe amoureuse d’Ethan, un beau GI qui a tout pour plaire, un physique avantageux, une aisance et une gentillesse qui tout de suite attirent la jeune femme. Les parents de Philippine sont réfractaires, d’autant plus que leur fils a été tué par un soldat américain au moment de la libération, le père de Philippine a une haine farouche contre les GI. Rien ne pourra raisonner la jeune femme, c’est son premier amour, elle est certaine qu’Ethan est l’homme de sa vie, contre l’avis de ses parents, elle s’enfuie pour rejoindre son soldat et se marier. Elle embarque ensuite, à bord d’un navire pour rejoindre les Etats-Unis, avec d’autres femmes qui, comme elle sont des « war brides » -parce qu’elles ont épousé un GI Américain-, destination finale, un coin de la Louisiane où sa belle famille possède une plantation.

Les rêves d’Amérique, de liberté, d’amour, et tout ce qu’Ethan lui avait promis s’envolent bien vite, la réalité est toute autre, Philippine se retrouve dans une impasse. Gemma va, au fil de ses recherches reconstituer le puzzle de la vie de cette grand-mère pour qui elle a une véritable affection, même si elle ne l’a pas connue, elle va marcher dans ses pas, presque se substituer à elle, jusqu’à finir par changer son propre destin, en mémoire de cette grand-mère qui prend de plus en plus de place dans sa vie.

J’ai adoré ce roman, la façon dont l’auteure l’a construit, nous dévoilant petit à petit la vie de Philippine pour qui j’ai vraiment eu beaucoup de compassion. Je me suis tout de suite attachée à ce personnage, pressentant que sa vie ne serait pas celle qu’elle avait rêvée. J’ai eu de l’angoisse quand elle a embarqué sur le navire avec les autres « war brides », elle était pleine de confiance, pleine d’espoir, j’avais envie de lui crier « fais demi tour »!!! J’ai aimé la ténacité de Gemma, cette volonté de vouloir retrouver la vie de sa grand-mère et quelque part de lui rendre justice.

On ne peut pas lâcher ce livre, on est pris dans l’histoire, dans la tourmente, d’un côté il y a Philippine qui passe de la résignation à l’envie de se battre, elle est seule sur un autre continent, sa famille ne l’aidera pas…. De l’autre il y a Gemma qui ne lâche rien, elle ne vit plus que pour cette vérité qu’elle a absolument besoin de découvrir, avec cette question récurrente, sa grand-mère a-t-elle abandonné sa mère ? Sa vie à elle va aussi changer et prendre un autre chemin.

C’est une magnifique histoire de femmes, des femmes fortes qui se battent envers et contre tout, guidées par l’amour. Ce livre nous offre de magnifiques émotions, amour, colère, compassion, frustration parfois et cette envie de crier parce que dans la vie tout ne se passe pas toujours comme on l’a décidé et parce que des fois le destin est cruel et injuste.

J’ai été hantée quelques jours par ce merveilleux roman, triste d’arriver à la fin. Je me dis que je ne l’ai pas lu mais que je l’ai vécu, c’est fou comment cette histoire a pris possession de moi, à moins que ce ne soit le contraire, en tout cas c’est un véritable coup de coeur et j’ai hâte de découvrir les autres romans de Karine Lebert.

Note : 5 sur 5.
  • EDITIONS : FRANCE LOISIRS – (PRESSES DE LA CITE)
  • ISBN 9 782298 152708
  • Mai 2019 – 793 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s