ET NOUS DANSERONS SOUS LES FLOCONS

CLARISSE SABARD

Après des années d’absence, Valentine est de retour à Vallenot, le village de son enfance qu’elle a quitté très jeune pour se marier. Un mariage pour lequel elle a sacrifié ses propres aspirations, obnubilée par l’idée de construire une vraie famille, loin du schéma qu’elle a connu, de sa mère et sa grand-mère qui ont élevé leurs enfants seules.

Mais c’est célibataire que Valentine revient aujourd’hui, uniquement accompagnée de son fils adolescent, car son ex mari a préféré continuer sa route avec une autre…

En cette période de fêtes, elle va croiser le chemin d’un Anglais récemment installé au village, de Rémi, co-gérant du restaurant du coin…. et d’une vieille photo représentant un beau jeune homme marocain, qui aurait vécu à Vallenot à la fin des années 1950, avant de disparaître du jour au lendemain….

Je suis fan absolue de cette auteure qui m’embarque chaque fois dans ses histoires de familles aux lourds secrets et qui m’apporte rires, émotions et voyage. J’aime sa plume, j’aime sa touche d’humour, ses comparaisons dont elle seule à le secret et j’aime le personnage que j’ai eu la chance de rencontrer. Dans la vraie vie elle est comme ses livres : pétillante.

C’est fou comme je suis tout de suite entrée dans l’histoire, il a suffit de quelques lignes pour que je m’attache à Valentine, fraîchement séparée de Philippe qui lui a annoncé, durant leur dîner d’anniversaire de mariage, qu’il en aimait une autre. Quel goujat !!

Valentine d’abord sonnée, -parce qu’elle n’a rien vu venir- tente de reprendre pied et décide de retourner dans son village d’enfance, Vallenot, avec son fils, Jules, un adolescent écolo, et là on se dit qu’on est pas du tout perdu puisqu’on a lu les deux autres romans de Noël de l’auteure et que retrouver ce village de montagne, ses sapins enneigés, quelques personnages que l’on connaît et le lait de poule, c’est du bonheur XXL.

Valentine a trouvé un poste de professeure des écoles, Jules est en internat dans une ville à 70 km de la station, s’il râle un peu, -Vallenot ce n’est pas ce qu’il espérait- Valentine s’y adapte parfaitement, elle aime ce village de montagne, ce sont ses racines, l’endroit où elle a grandit, son métier lui plait, respirer cette montagne tous les matins l’enchante, ses parents sont à côté et c’est bientôt Noël, sa fête préférée.

Evidemment c’est bien idyllique tout ça, que pourrait-il bien manquer à Valentine pour être heureuse ? une rencontre ? le grand amour ? celui dont elle rêve et qu’elle pensait avoir trouvé en épousant Philippe ? …. Je ne dirai rien de plus, c’est top secret il faudra lire le livre pour savoir….. par contre je peux affirmer qu’il va y avoir de sacrées péripéties, des scènes rocambolesques, des réparties à la Clarisse Sabard -c’est délicieux- et un secret de famille à découvrir, et pour ça, on peut compter sur l’auteure qui est spécialiste en la matière.

Je me suis évadée tout au long du livre, grâce aux paysages que je n’avais aucun mal à visionner, à l’ambiance du village à laquelle j’avais l’impression de participer, je percevais presque les odeurs du pain d’épice et imaginais le goût du lait de poule. J’ai été ravie de retrouver, Rémi, Clément, Léna, Lulu, Jacotte, les personnages de « la vie à plus d’imagination que nous ». C’était comme si je retrouvais une grande famille que je venais de quitter.

J’ai adoré les personnages, Valentine d’abord, courageuse et bien plus forte qu’elle ne le croit, une jeune femme très attachante avec beaucoup de qualités, Jules qui bougonne et qui a du mal à prendre des douches parce que ce n’est pas bon pour la planète, un ado un peu mal dans sa peau qui finalement va s’adapter à cette nouvelle vie qu’on lui a imposée. Les parents de Valentine, des petits cachottiers, ses soeurs jumelles, Chloé et Albane -même si cette dernière est un peu moins présente dans le livre- et Constance, la grand-mère décédée qui est pourtant présente tout au long de l’histoire parce que c’est son secret que Valentine va découvrir.

Beaucoup d’émotions avec ce roman, parce que si Clarisse Sabard est capable de me déclencher des fou-rires, elle sait aussi me faire pleurer, j’ai été surprise tout à coup, d’avoir la gorge si serrée. A chaque fois que je refermais le livre, je me disais c’est bon il reste encore plein de chapitres mais l’histoire est addictive, on a beau essayer de se freiner, quand la fin approche on n’a pas d’autre alternative.

Comme toujours dans ses romans, l’auteure nous glisse des thèmes d’actualité et nous livre de belles leçons de vie. Je me sentais tellement bien dans cette histoire, j’aurais voulu qu’elle continue…. j’ai un peu râlé quand j’ai terminé le livre, incapable d’en commencer un autre tout de suite, c’est pas compliqué je suis encore à Vallenot !

Bon vous avez compris, ce roman est un ENORME coup de coeur pour moi mais ça je m’en doutais avant d’entamer ma lecture.

Note : 5 sur 5.
  • EDITIONS : CHARLESTON
  • ISBN 9 782368 125526
  • Octobre 2020 – 374 pages

2 réflexions sur “ET NOUS DANSERONS SOUS LES FLOCONS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s