LA COMMODE AUX TIROIRS DE COULEURS

OLIVIA RUIZ

A la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille.

Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.





Découvrir la vie de sa grand-mère grâce à une commode dont chaque tiroir révèle un secret ou un instant de vie, voilà ce que propose Olivia Ruiz dans ce premier roman qui est très réussi.

Rita est très proche de sa petite fille, à sa mort elle lui lègue sa commode aux 10 tiroirs dans lesquels se trouvent, sa vie, ses bonheurs, ses malheurs, ses ressentiments, chaque tiroir contient un objet qui raconte enfin tout ce qu’elle a tut quand elle était encore en vie .

Les parents de Rita envoient leurs trois filles en France pour fuir le régime Franquiste, à Narbonne elles seront à l’abri et reviendront en Espagne quand la dictature de Franco tombera. Commence alors l’exil, le déracinement, la barrière de la langue, le racisme, la difficulté de s’intégrer dans un nouveau pays.

L’exil dure et s’installe définitivement, les filles grandissent, Leonor l’aînée se marie, elle emmène avec elle Carmen, la cadette. Rita a des envies d’émancipation, de liberté, elle quitte Narbonne sans rien dire à personne et se retrouve à Toulouse où elle fait la connaissance de Rafael dont elle tombe immédiatement amoureuse.

Commence alors une belle histoire, merveilleuse et cruelle à la fois. Rita ne sera pas épargnée par la vie. On ne peut qu’admirer son courage, sa force, sa ténacité face à l’adversité. C’est une résiliente qui continue de cultiver le bonheur malgré tous les obstacles qui se dressent sur son chemin.

Ce livre est comme une mélodie, des mots murmurés quand la vie est trop difficile, des cris de joie quand le bonheur est là. A chaque ouverture de tiroir j’entends la voix de Rita qui dévoile, petit à petit le fil de sa vie.

Je suis assise sur le sol, au milieu du merveilleux désordre que forment les tiroirs de la commode autour de moi. Certains garderont leurs mystères, d’autres ont tout balancé. J’entends piailler les oiseaux dehors, je suis lessivée. Perplexe et heureuse à la fois que la petite mise en scène élaborée par l’abuela m’ait permis de prolonger sa présence après sa mort.

Quatre générations de femmes dans dix tiroirs, j’ai beaucoup aimé ce roman, Olivia Ruiz a une écriture fluide et agréable, on se laisse bercer par ses mots et la lecture s’avère addictive. On s’attache tout de suite à Rita, comment ne pas l’aimer et l’admirer. Un excellent premier livre que je vous conseille.

Note : 4.5 sur 5.
  • EDITIONS : JEAN CLAUDE LATTES
  • ISBN 9 782709 666947
  • mars 2020 – 198 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s