MISS CYCLONE

Laurence PEYRIN

Coney Island, là où New-York se jette dans la mer, est un endroit enchanteur l’été, avec sa fête foraine légendaire, et fantomatique l’hiver quand les manèges sont à l’arrêt. C’est là qu’Angela et June, 16 ans, ont grandi ensemble. Deux jeunes filles vives et joyeuses que rien ne destinait à s’entendre, et que rien ne peut séparer.

Mais une nuit, la nuit où toute la jeunesse New-yorkaise pleure la mort de John Lennon, leur vie prend un tour inattendu, Angela, par un mélange de fatalisme et d’innocence, accepte de son petit ami ce qu’elle ne voulait pas vraiment. Parce qu’elle n’ose pas en parler à June, son silence devient un secret… et leur destin à toutes les deux en sera changé à jamais.

C’est le seul que je n’avais pas encore lu, il était dans ma PAL depuis un bout de temps, je me le gardais un peu, pour mieux le savourer, comme tous les livres de cette auteure que j’affectionne particulièrement.

La magie opère de nouveau, comme toujours avec Laurence Peyrin, elle a ce don de nous embarquer, de nous faire traverser l’Atlantique pour nous emmener là bas, dans cette Amérique qu’elle chérit et qu’elle nous fait découvrir au fil des livres et je ne m’en lasse pas.

Angela et June, 16 ans, sont totalement différentes, physiquement d’abord, l’une a les cheveux noirs et un type méditerranéen, l’autre est blonde comme les blés et a des origines Nordiques. Si Angela est pleine de complexes, June au contraire n’hésite pas à s’afficher. Au niveau social les parents de June sont plutôt aisés tandis qu’Angela vit dans un HLM avec sa maman, son destin semble tout tracé, elle fréquente Nick, un bel italien, voisin de palier et il ne fait aucun doute que ces deux là se marieront quand ils seront grands. June est un électron libre éprise de liberté. les deux adolescentes sont inséparables, fusionnelles, elles ont fait de leur différences une richesse qui leur apporte beaucoup à l’une comme à l’autre.

On se dit que les dès sont pipés dès le départ, avec cet avenir tout tracé pour Angéla, ça me ferait presque suffoquer, parce que la vie révèle tellement de surprises, comment peut-on savoir, à 16 ans, ce qui se passera quelques années plus tard. Comment peut-on déjà avoir, une sorte d’épée de Damoclès au dessus de la tête alors que tout peut si vite basculer ?

Les deux amies font la connaissance d’Adam, un ami de Nick, fils d’avocats New-yorkais en vogue, qui fait des études pour être procureur. C’est physiquement un très bel homme, posé et intelligent qui ne laisse pas les filles indifférentes. Angela a déjà le poids de son futur engagement sur les épaules mais June est libre comme l’air, elle tombe rapidement amoureuse d’Adam qui de son côté aime beaucoup la présence d’Angéla, parce qu’elle est cash, qu’elle ne triche pas et ne cherche pas à être quelqu’un d’autre.

John Lennon est assassiné, Nick et les filles se retrouvent à Central Park pour lui rendre hommage et passent la nuit chez Adam dans son appartement de Manhattan et c’est là que le destin d’Angela est scellé à jamais et celui de Nick et June indirectement.

L’auteure nous emmène dans leur vie adulte, comme prévu, Angela a épousé Nick, à aucun moment je ne la sens réellement heureuse et épanouie, je la qualifierai de résiliente, matériellement elle a tout ce qu’il faut, -Nick a réussi professionnellement, il est comme toujours, exubérant, il parle fort, il aime montrer ses signes extérieurs de richesse-.

Angela a mis de côté ses rêves, le métier qu’elle aurait aimé faire, celle qu’elle aurait peut-être aimé être réellement, elle est mariée, a des enfants, son rôle de mère passe au premier plan, elle s’oublie, se sacrifie, elle me fait de la peine, me met en colère, parce que je sais qu’elle passe à côté d’autre chose et que quelque part je n’ai pas une confiance absolue en Nick.

June est égale à elle même, un peu égocentrique, capricieuse, exigeant beaucoup des autres, elle veut bien se marier, ne veut pas d’enfants ! c’est étrange, au début du livre j’ai pensé que je m’attacherai à June parce que son côté « je suis libre et je fais ce que je veux » me plaisait énormément. Finalement c’est Angela que j’affectionne, parce qu’elle est dans l’écoute et le partage, parce qu’elle est remarquable et sa résilience au dessus de tout, parce qu’elle est posée et cherche toujours à comprendre l’autre, parce qu’elle va finir par prendre son destin en mains et réaliser qu’il n’est jamais trop tard pour entreprendre ce que l’on n’a pas pu faire avant. Elle va décider enfin de penser à elle.

Laurence Peyrin nous fait voyager sur trois décennies et c’est avec un réel plaisir que je parcours le chemin des deux amies, leurs vies parallèles aux antipodes et leur amitié sans faille, même si parfois il y a matière à se disputer, même si il y a des secrets trop longtemps gardés, même si l’une comme l’autre savent qu’elles se sont parfois menti, ont été dans le déni, ont préféré fermer les yeux, ne rien dire pour ne pas froisser, parce que leur amitié est plus forte que tout.

Il y a énormément de rebondissements, une multitude d’émotions, beaucoup de questionnements, et comme toujours une formidable leçon de vie. Faire passer des messages dans un roman n’est-ce pas merveilleux ? Sans compter qu’historiquement parlant, Laurence Peyrin nous remet en mémoire l’assassinat de John Lennon, l’ouragan Grace et le 11septembre tous ces moments qui ont réellement existé sont des dates charnières dans la vie des deux amies.

J’ai adoré ce livre sincèrement, j’ai passé de magnifiques moment avec cette histoire très addictive, lisez le, évasion et émotions garanties…. Angela me manque déjà !!

Note : 5 sur 5.
  • EDITIONS : CALMAN LEVY
  • ISBN 9 782702 161517
  • MARS 2017
  • 342 PAGES

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s