UNE DERNIERE DANSE

VICTORIA HISLOP

VICTORIA HISLOPQuand elle arrive à Grenade pour y prendre des cours de danse, Sonia, jeune Londonienne, ne sait rien du passé de la ville. Une conversation avec le patron du café El Barril la plonge dans la tragique destinée de la famille Ramirez  dans les années 1930 vivaient dans ces lieux, trois frères aux idéaux opposés, veillant jalousement sur leur jeune soeur, Mercedes, passionnée de flamenco.

Tandis  que celle-ci tombe amoureuse du guitariste gitan qui l’accompagne, l’Espagne sombre dans la guerre civile. Quel camp chacun va-t-il choisir ? quels secrets et trahisons vont déchirer la fratrie à jamais ? Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d’imaginer que sa propre existence en sera bouleversée. 

******************************

J’avais adoré l’île des oubliés alors, les yeux fermés, j’ai acheté deux autres livres de Victoria Hilsop sans lire la quatrième de couverture, me disant que je ne serai pas déçue.

Sonia vit à Londres, elle a réservé un séjour à Grenade avec son amie d’enfance Maggie. Elle adore la danse qu’elle pratique durant ses heures de loisirs et qui lui vient certainement de ses racines, sa mère est née en Espagne.  Grenade est l’endroit rêvé pour assister à des spectacles de danse,  pour prendre quelques cours et s’évader de la routine.

Maggie est une femme libre qui fait fi des conventions et du regard des autres, elle fait ce qu’elle veut et semble n’avoir aucune entrave.  Sonia est  à l’opposée de son amie et s’enlise dans un mariage sans avenir avec James, personnage détestable et égo-centrique.

Au cours du séjour, les amies sortent ensemble mais parfois séparément. Un matin, alors que Maggie, après une nuit mouvementée et bien arrosée, dort encore, Sonia décide de visiter Grenade. Ses pas la guident vers le El Barril, pourquoi choisit-elle ce café plutôt qu’un autre ? C’est Miguel qui gère les lieux.

Que peut-il se passer quand Miguel aperçoit Sonia pour la première fois ? elle semble s’intéresser à Grenade, à son histoire, Miguel lui donne quelques informations, des pistes qu’elle ne pourra pas réellement creuser, le séjour se termine, elle doit rentrer.

Quelques mois plus tard, Maggie a décidé de s’installer définitivement à Grenade, Sonia rend visite à son amie et elle est bien décidée à retourner au café El Barril pour enfin obtenir des informations sur la famille Ramirez, d’autant plus qu’elle a trouvé d’étranges photos chez son père et qu’elle ne peut s’empêcher de penser qu’elles ont un lien avec cet endroit.

J’avoue que j’ai un peu paniqué au départ, je trouvais que l’histoire était longue à se mettre en route,  Sonia m’agaçait fortement avec sa façon de plier face à un mari narcissique et les descriptions de la danse lors du premier séjour étaient omniprésentes et trop appuyées à mon goût. Je ne pouvais quand même pas abandonner le livre, je suis du genre à persévérer et j’ai bien fait !!

Quand Miguel raconte ses mémoires et  commence son récit en 1931,  l’histoire prend une toute autre tournure, on fait connaissance avec la famille Ramirez et ses enfants si différents, trois garçons, une fille et un café, le El Barril. Avec l’arrivé de Franco et la guerre civile de 1936, le récit s’emballe et devient très addictif et passionnant. L’auteure mêle habilement histoire d’amour et faits historiques, nous permettant ainsi d’en apprendre un peu plus sur cette guerre civile espagnole sanglante et cruelle. J’ai beaucoup aimé les passages historiques et me suis rendue compte que je ne connaissais que très peu de choses sur ces horribles années sous le joug des Franquistes.

J’ai retrouvé la plume magique de Victoria Hislop, je me suis plongée dans la vie de la famille Ramirez avec délice, une famille unie dans laquelle la guerre va s’immiscer insidieusement,  séparer parents et enfants et les détruire petit à petit, chamboulant en même temps des destins qui semblaient tout tracés.

On ne peut qu’admirer le courage exemplaire de certains et blâmer la couardise d’autres durant cette guerre civile qui semble s’éterniser et ne jamais vouloir finir. Miguel n’oublie rien, parce que lui aussi il a vécu des moments douloureux et perdu des êtres chers.

Les pièces du puzzle vont se mettre doucement en place pour s’imbriquer parfaitement les uns dans les autres, Sonia finira par comprendre pourquoi le destin l’a menée au café El Barril et pourquoi elle ressent un lien avec cet endroit.

J’ai passé un merveilleux moment avec ce livre, me confirmant que l’on peut acheter un Victoria Hislop sans forcément lire le résumé, juste sur son nom,  parce qu’elle est réellement une fabuleuse narratrice.

Bien sûr j’ai très envie de lire les autres, j’en ai encore un dans ma Pal c’est plutôt bien !!

EDITIONS : LE LIVRE DE POCHE – ISBN 9 782253 178118 – Avril 2015 – 613 pages 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s