LA FEMME AU MANTEAU VIOLET

CLARISSE SABARD

41d7zjPoDDL._SX195_2018 A la suite d’un accident, Jo apprend qu’elle risque la rupture d’anévrisme et que l’opération qui pourrait la sauver n’est pas sans risques. Persuadée qu’elle va mourir, elle se réfugie chez son grand-père. Elle découvre alors qu’il a reçu quinze ans plus tôt un pendentif, accompagné de quelques mots griffonnés : « De la part de Charlotte, qui n’a jamais oublié Gabriel. Ce souvenir vous revient de droit ». Déterminée à percer ce secret de famille, Jo se rend en Angleterre, sur les traces du mystérieux bijou.

1929 Charlotte et son mari se rendent à New-York en voyage d’affaires. Là-bas, la jeune femme s’éprend du charmant Ryan…. lorsqu’il apprend qu’elle l’a trahi, son époux, pris d’un violent accès de rage, la laisse pour morte. A son réveil, Charlotte comprend, effondrée, qu’il est parti avec ses papiers : il lui est désormais impossible de rentrer en France et de rejoindre son fils Gabriel. 

***********************

Quel bonheur de retrouver l’écriture de Clarisse Sabard, auteure que j’affectionne particulièrement. Je sais qu’avec elle je ne serai jamais déçue et encore une fois cette histoire me touche et me bouleverse.

Pour ce livre, l’auteure nous emmène dans deux époques différentes qui finalement ne font qu’une puisqu’il s’agit d’une continuité et pour mieux aborder le présent, il faut évidemment connaître le passé qui dévoilera de terribles secrets.

Et des secrets il y en a dans cette merveilleuse histoire, c’est la marque de fabrique de l’auteure et elle les distille avec une main de maître.

L’héroïne c’est Johanne, jeune femme thanatopracteur de métier (oui effectivement ce n’est pas commun mais c’est du Clarisse Sabard ne l’oubliez pas !) qui vient d’apprendre, suite à un léger accident, qu’elle a un anévrisme qui risque de se rompre à tout moment. Il va falloir accepter l’opération qui n’est pas sans risques, mais Jo n’a pas vraiment le choix, elle pourrait mourir si elle ne fait rien.

Elle peut compter sur sa famille,  son pépé dont elle est très proche, ses meilleurs amis, Adeline  et  Adrien. Elle finit d’ailleurs par se rendre compte qu’Adrien est plus qu’un meilleur ami et qu’il y aurait bien de l’amour dans l’air !

Pour prendre la décision de se faire opérer, Jo a besoin de réfléchir, de faire le vide, de s’éloigner, Pépé l’a bien compris et lui confie une étrange mission afin de lui changer les idées et de l’aider à réfléchir sur cette opération qu’elle va devoir subir. Il lui demande de partir en Angleterre et de retrouver la propriétaire d’un médaillon qu’il a reçu 15 ans plus tôt, ce médaillon va ouvrir la porte d’un terrible secret qui va tout chambouler et surtout faire réfléchir Jo sur la vie et lui délivrer de merveilleuses leçons.

Une fois en Angleterre, quand Jo a rencontré la propriétaire du médaillon, l’histoire se révèle,  on est propulsé à New-York en 1929 avec Charlotte et Emile son mari qui viennent passer quelques jours pour affaires. C’est l’époque de la grande dépression, de la prohibition, de la mafia, la ségrégation raciale fait partie prenante du paysage et on assiste, impuissant, au malheur de Charlotte qui va vivre un vrai cauchemar, un terrible drame qui va déterminer le restant de sa vie et influer certainement sur sa descendance.

Comment ne pas compatir pour Charlotte qui force notre admiration par son courage, sa résilience, son abnégation et cette force de vouloir se relever même quand elle touche le fond. J’adore les moments New-Yorkais que l’auteure nous décrit si bien. Elle a fait un vrai travail de recherches au niveau historique et c’est tellement bien décrit qu’on s’y croirait.

Comme toujours les émotions se mélangent, on rit, on pleure, on compatit, on s’énerve  et on ressent aussi beaucoup de colère vis à vis d’un certain personnage. On se rend compte que la décision d’une personne peut diriger le reste de la vie d’une autre et la priver d’un bonheur auquel elle avait droit. En parallèle, cela peut aussi tracer d’autres chemins, des directions incertaines qui n’étaient pas prévue et qui mènent à de nouveaux bonheurs…. ah ce fameux destin !!

Dans ce roman il est aussi question d’une merveilleuse amitié entre Charlotte et Curtis, un noir de Harlem qui va aider Charlotte, l’auteure nous narre cette amitié forte et inébranlable avec brio, -on aimerait tous un Curtis dans notre vie- et c’est tellement d’actualité qu’on ne peut pas éviter d’avoir une pensée pour Georges Floyd même si le destin de Curtis est totalement aux antipodes.

J’aime toujours autant les héroïnes de Clarisse Sabard, je me prends continuellement d’affection pour elles et comme je le dis à chaque fois, je suis persuadée que dans chacune d’elles on retrouve un peu de l’auteure et cette fois je reconnais cette similitude que l’auteure elle même nomme  « cadeau mal emballé. »

Un magnifique roman doux, sensible, qui remue et qui fait relativiser sur la vie. Merci Clarisse pour ce voyage, ce dépaysement, ces émotions et ces belles leçons de vie.

Le livre refermé, j’ai toujours Charlotte et Jo dans ma tête, j’ai presque du mal à les laisser !!

Je  recommande puissance 1000 !

EDITIONS : CHARLESTON – mai 2020 – ISBN 978 2 36812 507 6 – 362 pages 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s