LE PARFUM DU BONHEUR EST PLUS FORT SOUS LA PLUIE

VIRGINIE GRIMALDI

CVT_Le-parfum-du-bonheur-est-plus-fort-sous-la-pluie_149

 

« Je ne t’aime plus » Il aura suffit de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule. Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main.

Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer. Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire ressurgir les secrets les plus enfouis.

*************************************

Une histoire d’amour qui se termine, celle que Pauline n’arrive pas à laisser partir, à laquelle elle s’accroche comme une bouée de sauvetage, comme si sa vie en dépendait, et c’est presque ça, car, quand Ben la quitte, elle n’a plus la force ni l’envie d’affronter la réalité.

Il va pourtant falloir se ressaisir, pour son fils, Jules, 4 ans, avec qui elle vit désormais chez ses parents, en attendant de retrouver une nouvelle vie sans Ben, parce qu’il le lui a bien dit, « Je ne t’aime plus ».

Pauline tente le tout pour le tout afin de reconquérir son mari, elle décide de lui écrire chaque jour une lettre et de se replonger dans leur souvenirs,  leur rencontre, leur mariage, la naissance de Jules,  les bonheurs, les habitudes, les petites manies, mais ont-ils seulement les mêmes souvenirs ?

L’auteure nous dévoile doucement ces morceaux de vie avec les joies,  les passages difficiles de la vie, les malheurs, ceux qu’on a envie d’oublier, ceux que l’on range dans un coin de la mémoire et que l’on aimerait occulter, ceux qui finissent toujours par ressortir un jour ou l’autre.

Elle explore les blessures qui petit à petit s’insinuent dans le couple, les drames de la vie qui ne laissent parfois aucune chance, les problèmes de communication, les non-dit, la complexité de vivre à deux, la perception de l’autre.

C’est un beau roman qui s’écoule lentement, avec de la bonne humeur, de la joie de la tristesse aussi, tous ces moments qui font une vie.

Je reste persuadée que Ben est mon âme soeur, mais j’ai compris qu’il ne m’aimait plus. Notre couple est arrivé à destination. Nous nous sommes perdus en chemin, à cause de l’usure, à cause de nos changements, à cause de l’épreuve, sans doute à cause de tout cela réuni » 

Quand enfin on n’est plus dans le déni, vient le temps de l’acceptation et de la reconstruction. Passer à autre chose, ne retenir que le meilleur et laisser filer le mauvais, voilà une belle leçon de vie que nous donne Virginie Grimaldi, avec ses mots à elle et sa façon si douce de nous décrire les choses et de nous les faire accepter.

Un très beau livre comme tous les livres de cette auteure que j’aime beaucoup.

EDITIONS : FAYARD – mai 2017 – ISBN : 9 782213704739 – 459 pages 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s